Hypnothérapie - Thérapie - EMDR - Montpellier, Hérault

Michel Jacquot

English (UK)

Questions et réponses

De nombreuses questions peuvent venir par rapport à la thérapie, à l'hypnose, aux traumatismes, à la dépression. Je vais tâcher de répondre à quelques-unes des plus courantes.

 

Sur l'hypnose

- L'hypnose permet de manipuler l'autre, de le soumettre à sa volonté

Il s'agit là d'une question très fréquente, d'une peur par rapport à l'hypnose, dont la source est liée aux hypnotiseurs de spectacle (qui fondent leurs spectacles sur cette croyance, souvent afin de se valoriser eux-mêmes), à certaines émissions à sensation ou à des livres de fiction.

En réalité, la personne en état d'hypnose conserve à tout moment le choix de ce qu'elle fait, de ce qu'elle dit. Elle décide pleinement d'accepter ou non les suggestions thérapeutiques qui lui sont proposées.

De nombreuses études ont été faites à ce sujet, et il en est ressorti que l'hypnose ne permet pas de faire faire à quelqu'un une chose qu'il ne veut pas faire, ou qui soit contraire à ses valeurs.

L'hypnothérapie, fondée l'hypnose ericksonienne, est une méthode très respectueuse et non manipulatrice. Elle permet à la personne de se reconnecter à son être profond, et met ainsi à sa disposition de tout un éventail de choix qui ne lui apparaissent pas forcément dans l'état ordinaire de conscience.

 

- En une seule séance d'hypnose, tout mon problème sera réglé

Bien que l'hypnose ait des résultats surprenants et rapides, il faut souvent du temps pour régler des problèmes.
Il est vrai que certaines difficultés peuvent être réglées en quelques séances, voire en une seule. C'est aussi vrai que certaines difficultés, surtout si elles sont ancrées depuis longtemps, vont demander plus de temps et plus d'investissement dans le processus thérapeutique.

 

- Pendant la séance, j'étais toujours conscient(e), j'entendais tout, donc je n'étais pas en état d'hypnose

L'hypnose peut être définie comme un état de conscience accrue, un état où nos capacités profondes sont éveillées et où notre attention est totale.

 

Sur la dépression

- Quand on est dépressif, c'est à vie

Il s'agit là d'une croyance assez courante, mais contraire aux statistiques, et certainement contraire à l'optimisme, état d'esprit tellement utile dans notre vie pour faire face aux événements (qui ne sont pas toujours faciles...).

 

- Qu'est-ce que aide à sortir d'un épisode dépressif ?

Pour une personne qui fait une dépression, il peut être important, selon les personnes :

  • De développer les capacités qui peuvent lui manquer pour faire face aux événements de la vie, par exemple selon les personnes, des capacités relationnelles ou de résolution de conflit, des capacités au niveau de la recherche d'emploi, de l'assurance et de la confiance en soi...
  • De trouver les ressources intérieures profondes, les axes de vie, qui permettent d'avancer avec certitude et de retrouver sa sérénité
  • De sortir du piège du perfectionnisme
  • De résoudre des traumatismes

 

Sur les traumatismes

- Certaines blessures sont si profondes qu'elles ne pourront jamais être soignées ni guéries.

L'être humain a un immense potentiel naturel de guérison, que ce soit des blessures physiques ou des blessures psychologiques. De la même façon que le corps a le pouvoir de se guérir, l'esprit a aussi le pouvoir de se guérir. Parfois les blessures physiques laissent des cicatrices, et de même les blessures psychologiques peuvent laisser des cicatrices. Mais toute blessure peut être guérie.
Ensuite, les événements traumatiques ne sont plus vécus comme émotionnellement présents, mais ils sont devenus simplement de mauvais souvenirs.

- Cette personne ressasse sans arrêt ce qu'il lui est arrivé. Il lui suffirait d'arrêter pour aller bien.

Une personne qui a vécu un événement traumatique important peut avoir besoin d'aide, de la part de ses proches, de ses amis, ou d'une aide thérapeutique. C'est similaire à une plaie profonde qui nécessite d'être nettoyée, désinfectée, recousue, et surveillée.

 

Sur les violences et abus sexuels

- Quelles sont les mots à éviter par rapport à une personne qui a subit une violence ou un abus sexuel

Toute parole qui peut insinuer que la personne est responsable de l'agression, comme par exemple : "si tu avais fait attention, si tu n'étais pas sortie seule, ça ne serait pas arrivé", ou "si tu n'étais pas habillée comme ça...".

La personne qui a subit une violence ou abus sexuel n'est pas responsable de ce qui lui est arrivé. Il s'agit d'un acte de violence extrême, que rien ne peut justifier.

La personne a déjà à gérer les émotions liées à ce qui lui est arrivé. Inutile de la rendre victime une seconde fois, par des paroles moralisatrices. Elle a juste besoin d'être écoutée, de pouvoir dire ce qu'elle vit, sans crainte de jugement.